L’Unicef évalue en France à 700 000 élèves le nombre de victimes de harcèlement scolaire. Les chiffres varient de 12% en primaire, 10% au collège et 4% au lycée.

La sophrologie aide l’enfant à dire STOP !

Comment la sophrologie peut aider l’enfant victime de harcèlement scolaire?

La sophrologie va permettre à l’enfant victime de harcèlement scolaire de reprendre confiance en lui afin de se faire respecter au sein de la cour de récrée. Tout en puisant dans ses propres aptitudes et en développant sa capacité d’affirmation, l’objectif est d’en finir avec les chamailleries et les taquineries de mauvais goûts. 

En tant que parent, vous pouvez aider votre enfant en apprenant, avec l’aide d’un(e) sophrologue, des techniques pour relâcher les tensions corporelles et émotionnelles, avant d’aller à l’école, afin d’évacuer les sensations de stress et d’angoisse. Cela permettra à l’enfant de se remplir de courage pour être dans de meilleures conditions d’apprentissage.

À l’aide d’exercices de respiration et de stimulations à médiation-corporelle, l’enfant saura sentir plus facilement lorsqu’il a une boule au ventre (par exemple), identifier la source est l’objectif premier du suivi sophrologique afin de se défaire de ses peurs. Dans un second temps, il est important qu’il apprenne à canaliser ses émotions qui le submergent, comme peut-être la peur, la colère ou la tristesse pour enfin venir l’évacuer et se débarrasser de cette angoisse qui monte en lui. Des techniques pour apprendre à se faire respecter seront proposées afin qu’il sente sa force et qu’il développe sa capacité d’affirmation. 

Le travail de pleine conscience n’est pas toujours facile. Ce n’est pas juste s’entraîner dans le calme, c’est s’entraîner en sentant le monde intérieur qu’il y a en lui, tout en pratiquant la respiration, mais pas uniquement. La méthode se pratique aussi en observant aussi que nos jambes bougent ou qu’on n’a pas envie de fermer les yeux. On ne peut jamais se tromper en pratiquant la sophrologie. Bien sûr la respiration est un début, elle est un point d’encrage. Une chose interessante : les enfants apprennent souvent à l’école comment être aimés, comment avoir du succès dans le monde extérieur. Il apprennent le fonctionnement cognitif, biologique, les langues étrangères…mais qu’en est il du langage corporel, du langage des émotions et des pensées ? Pour réussir dans le monde extérieur, nous devons apprendre de notre monde intérieur. C’est ce que propose la sophrologie. Le travail de la pleine conscience doit toujours être fait de façon volontaire et avec un professionnel. 

Les bienfaits de la sophrologie chez l’enfant

Le succès de la sophrologie chez les enfants est dû à leur grande curiosité, leur soif de découverte et parce que cette méthode est accessible à tous. La sophrologie se pratique de façon ludique avec les enfants, on ne force jamais. Ils aiment fonctionner avec leurs émotions et moins avec leur mental. C’est pourquoi, il est important de ramener le calme et la présence à soi. Pour les enfants, il est nécessaire de voir et surtout de sentir les mouvements de leur ventre se gonfler puis se dégonfler. Cela leur permet aussi de développer leur concentration. Les enfants agités et hyperactifs apprennent à se poser. Les bienfaits de pratiquer la sophrologie se ressentent sur le long terme. Le stress et l’angoisse sont nettement réduits car les enfants sont beaucoup plus stressés que l’on l’imagine. Le stress dans le cercle familial, le divorce des parents, etc…sont du stress qu’ils ramènent à l’école et qu’il est primordial d’évacuer pour pouvoir mieux le gérer.

Un esprit stressé n’est pas paré à apprendre dans de bonnes conditions. Beaucoup d’études montrent que les méthodes de développement personnel ont des effets bénéfiques sur la qualité de l’apprentissage comme :

– le développement de la confiance en soi et de l’estime de soi,

– le développement de la capacité d’affirmation,

– l’aide à gérer les émotions, gérer le stress,

– le développement de la capacité de concentration,

– savoir profiter de l’instant présent,

– avoir plus de facilité à trouver le sommeil,

– l’aide aux changements de la vie familial (séparation, maladie, naissance de frère/soeur, famille recomposée…)

– l’aide à la gestion des TDC (troubles du comportement), timidité, colère, agressivité, replis sur soi, impatience… 

La pratique de la sophrologie axée sur la relaxation, le relâchement corporel et la visualisation positive est un bon moyen pour qu’ils reprennent confiance en eux. Il est important de leur laisser un temps de pause, un temps où ils peuvent extérioriser leurs émotions et également les partager avec d’autres enfants qui ressentent les mêmes « choses » qu’eux durant les séances collectives.

Si vous avez la moindre question concernant le déroulé d’une séance de sophrologie individuelle avec les enfants, je vous invite à cliquer ici.

Conseils aux parents

En tant que parent, vous vous demandez parfois « Comment je peux aider mon enfant ? » et bien tout simplement en lui proposant des temps de calme à la maison mais avec la notion de « calme mental ». C’est à dire, en leur permettant de se poser, dans l’instant présent, pour observer ce qui est là et cela peut être de l’agitation. Mais, il faut une situation qui permette au mental de s’apaiser pour observer cette agitation. L’intention n’est absolument pas de rendre les enfants calmes dans le sens où peut-être les parents et les enseignants l’imaginent. Ne plus bouger sans un bruit, par exemple, mais plutôt d’apaiser le mental pour pouvoir observer ce qui est là et éventuellement s’il y a une agitation ou une émotion difficile afin de pouvoir la verbaliser. 

Il est nécessaire de mettre en place différents outils qui répondent à leurs besoins et une fois expérimentés ils en sont très demandeurs.

Toutefois, si un enfant ne veut pas pratiquer, par exemple ne veut pas fermer les yeux, réaliser les mouvements comme indiqué, c’est son choix. Il est d’une importance cruciale de respecter sa liberté. Étant donné qu’il n’y a rien à réussir, il est dans un contexte où il observe de lui-même en toute liberté. C’est cela qui lui permet d’accéder à ce calme intérieur et à cette observation. 

Témoignage

Depuis la rentrée de septembre 2020, j’interviens auprès d’un enfant qui est rentré en CM2. Cet enfant ayant des troubles de l’attention avec hyperactivité et troubles du comportement* qui peuvent l’amener à avoir des crises où il peut se mettre en danger physiquement et qui en vient à s’isoler socialement. Ensemble, nous avons su identifier les moments où cela monte en pression à l’intérieur de lui. Nous avons vu des techniques de respiration. Tout un schéma qu’il connaît et qu’il est maintenant capable de reproduire tout seul. Il s’est beaucoup apaisé. Cela lui fait du bien car il a pu mettre des mots sur ce qu’il ressentait, savoir sentir le moment clé qui va venir déclencher la crise d’anxiété juste avant.

Je remercie chaleureusement Anne**, sa maman, pour son retour. Elle m’a expliqué que son fils vient la voir de temps en temps pour lui dire ce qu’il a besoin. Merci de pratiquer les exercices conseillés avec lui; « Je retrouve mon petit garçon apaisé et heureux » m’a elle dit. Son enfant étant retourné à l’école en période de COVID-19 avec l’obligation du port du masque, il a observé que les enseignants et d’autres élèves étaient stressés et leur a donc proposer de faire de la sophrologie. 

*diagnostic posé avec la Psychologue du cabinet, Martine Malterre-Puyfoulhoux 

**prénom ayant été modifié pour le respect de la confidentialité

NON AU HARCÈLEMENT – APPELEZ LE 3020 (service & appel gratuits)