Non. La sophrologie ne fait pas maigrir ! Cependant elle donne à celui qui la pratique des outils pour gérer son stress et ses émotions afin d’éviter les grignotages inutiles.

Compulsions alimentaires : liens entre nos émotions et la nourriture

Du chocolat quand on est triste, un burger quand on est stressé, des chips quand on est en colère…pourquoi certains d’entre nous compensent leurs émotions lorsqu’ils sont stressés ? Que se joue t’il derrière tout ça ? Comment remettre la nourriture à sa juste place ?

De manière purement physiologique, nous utilisons la nourriture pour réguler nos émotions, pour les modifier. Nous mangeons tout aussi bien pour augmenter les émotions agréables quand ça va bien ou nous mangeons quand ça va mal pour diminuer les émotions et les sensations désagréables. Le problème est que les aliments capables de réguler nos émotions sont souvent trop riches, trop gras ou trop sucré. Les carottes et les fraises, par exemple, n’ont pas le pouvoir d’agir sur nos émotions. Cela devient un problème en fonction du rapport que nous avons avec nos émotions. Les personnes gérant mieux leurs émotions iront moins vers la nourriture que les autres.

Parfois, j’entends que les envies émergent le soir après le repas, devant la télé. Des pulsions de grignotage, des envies de sucré ou de salé. Tout pourrait y passer. Il arrive de « craquer ». Et lorsque l’on craque, c’est que l’on se bat à l’intérieur contre soi-même. Plus l’on se bat, plus la dopamine augmente (neurotransmetteur centré sur la recherche du plaisir). Cette hormone qui exprime notamment un besoin physique ou émotionnel. Plus on résiste, plus l’envie augmente. Qui n’a jamais constaté après un régime avec restrictions sévères, qu’à un moment trop c’est trop. Alors, on craque sur une tablette de chocolat entière !

Résister à la tentation de grignoter : Comment la sophrologie va aider ?

La sophrologie est idéale pour apprendre à mieux connaître son corps et à l’accompagner au long de ses transformations. Le corps est le grand oublié de notre société moderne. Il est pourtant la clé pour résoudre certaines difficultés physiques et émotionnelles. Pratiquer la sophrologie de façon régulière, permet d’apprendre à écouter vos sensations. Grâce à cet entraînement, la conscience de soi va s’approfondir. Vous allez (re)découvrir votre schéma corporel et vous l’approprier de plus en plus. C’est de cette manière que vous pourrez, ensuite, expérimenter les différentes techniques pour « calmer » votre mental.

En suivant ces deux plans de manière progressive, à votre propre rythme, cela va vous permettre d’intégrer les bases de la sophrologie. En prenant le temps de pratiquer les exercices, vous garantissez l’efficacité de vos séances.

La respiration : l’un des outils majeur de la Sophrologie

Durant les séances, nous allons revenir à votre respiration, et surtout réapprendre, peut-être, à respirer correctement. Il existe plusieurs modes de respiration : la respiration abdominale et thoracique. À votre avis, de quelle manière respirez-vous en ce moment même ? Fermez les yeux et centrez vous sur votre respiration. Que ressentez-vous ? OK.

Étant donné que la respiration est vitale, elle est un acte inconscient. Pratiquer la respiration abdominale est une action intentionnelle et nous pouvons décider de respirer consciemment. Ce mode de respiration facilite l’accès vers l’intérieur de soi. Une bonne respiration indique notre habilité à donner force et vie à nos émotions. 

Autrement dit, si nous faisons le déni de notre corps, nous faisons par conséquence le déni de notre respiration, qui s’apparente au corps, et donc nous n’existons pas.

 

respiration

Bien souvent, à mon cabinet, des femmes m’expliquent, lorsqu’elles sont stressées, qu’elles se jettent sur l’alimentation, sur la première barre chocolatée qui passe sous le nez. Pour éviter cela, il existe des techniques de sophrologie afin d’évacuer ces tensions et ces phénomènes de stress. Des exercices à médiation-corporelle à base de respiration comme l’exercice du karaté, par exemple, va venir relâcher la pression physique dans un premier temps puis psychique.

Pour éviter de grignoter il faut manger équilibré certes. wink Mais pas que ! Il est important d’accompagner ses envies, manger en pleine conscience en se posant les bonnes questions : « Est-ce que j’ai vraiment faim ? Est-ce que j’ai soif ? » ou alors « Est-ce que je suis stressé ? ». Beaucoup de personne mange « trop » pour les mauvaises raisons. Répondre à ces questions permet de ne pas se jeter inconsciement sur la nourriture.

Si vous êtes stressé, des exercices de sophrologie vous aideront à évacuer les tensions physiques et psychiques afin d’éviter de grignoter inutilement.

Livres recommandés sur le sujet : 

Sophrologie & gestion du poids – Dr Marie-André AUQUIER et Dr Patrick-André CHÉNÉ

Sophrologie & gestion du poids, Alimentation santé, Alimentation plaisir – Dr Marie-André AUQUIER (avant-propos, Dr P-A CHÉNÉ – préface, Pr Gérard OSTERMANN), 2ème édition

La femme qui voit de l’autre côté du miroir – Catherine Grangeard et Daphnée Leportois

 

Prendre rendez-vousDoctolib