D’après les chiffres de Tabac Info Service, la France compte actuellement 16 millions de fumeurs. Plus de la moitié d’entre eux (58%) ont envie d’arrêter.

Avez-vous déjà eu envie d’arrêter de fumer ? Êtes-vous passé à l’action ? Si oui, vous avez sûrement esssayé peut-être plusieurs méthodes avant de trouver la bonne : médecine générale, patchs & substituts, hypnose, etc…Dans cet article je vais vous parler de la sophrologie !

Comment la sophrologie peut aider à arrêter de fumer ?

La prise en charge médicale est indispensable. C’est pourquoi, je travaille en complémentarité avec le Dr Anne-Lise POUILLE ainsi que la Psychologue du Cabinet PSY JAUDEMartine MALTERRE-PUYFOULHOUX. Néanmoins, la sophrologie a toute sa place dans cette prise en charge car elle propose des outils concrets à plusieurs niveaux (La sophrologie c’est quoi ? voir ici).

Tout d’abord, il est important de connaître les motivations de la personne pour arrêter de fumer. Une réflexion est donc nécessaire, c’est la base d’un accompagnement structuré et adapté aux attentes et aux besoins de la personne. Cela viendra aussi renforcer la démarche globale de la personne afin de lui permettre de dépasser les moments de « rechute » de façon sereine et constructive. 

La sophrologie agit sur :

1. La gestion du stress et du manque

Le sevrage (action de sevrer quelqu’un de quelque chose) peut créer du stress et des peurs causé par le manque. Ces ressentis désagréables amènent parfois la personne à abandonner son objectif plutôt que de faire front contre cela.

La sophrologie, grâce à ses techniques, permet de donner une réponse immédiate à ces sensations désagréables. Le stress s’apaise et la personne renforce sa confiance en soi et en ses capacités de façon agréable.

2. La reconquête de ses sens

Les 5 sens : la vue, l’odorat, le goût, l’ouïe et le toucher.

De véritables trésors pour retrouver, voir renforcer la présence à soi, la sophrologie s’appuie sur un travail lié à ses sens.

En travaillant régulièrement sur ses sens, nous venons les stimuler et les raviver. La personne est plus à l’écoute de son corps et apprend peu à peu à vivre pleinement. Cela augmente également sa perception poly-sensorielle et donc, sa qualité d’être L’objectif est de renforcer, d’améliorer le plaisir dans les gestes simples.

3. La respiration

Les techniques sophrologiques sont toujours liées à la respiration. En pratiquant régulièrement ces techniques respiratoires, le sophronisant relance son métabolisme pour une meilleure santé. J’entends souvent les personnes me dire « Je sens que je respire mieux ! ».

Les effets d’une bonne respiration ample et profonde sont nombreux : amélioration du sommeil, diminution de l’anxiété, meilleure concentration, etc…

4. L’instant présent

J’ai constaté que les fumeurs sont généralement dans l’anticipation des achats ou de leur consommation. « Il faut que j’achète un nouveau paquet de cigarette car il n’en reste plus que 5 » ou encore « Il faut que je fume une cigarette car je ne pourrais pas pendant 2h ». On peut ainsi observer que le fumeur ne vit pas pleinement le moment présent. La pratique de la sophrologie amène à s’ancrer progressivement, elle limite l’anticipation et accompagne chaque personne vers un vécu plus conscient de l’instant présent. 

La méthode (ré)apprend à vivre au présent en se réappropriant l’espace et le temps. L’ex-fumeur peut savourer sa liberté d’être sans dépendance à l’opposé de son passé d’addict.

Conclusion

La sophrologie vous aide à vous préparer à l’arrêt du tabac jusqu’à votre période de sevrage. Elle vous permet si vous ressentez des signes d’anxiété ou de rechute. Grâce aux techniques de respiration, de visualisations et aux exercices à médiation-corporel, cela vous aidera à reprendre confiance en vous et à atteindre votre objectif de façon sereine.

Pour arrêter de fumer, il faut non seulement être motivé mais sentir aussi que c’est le bon moment. Cette méthode vous permet de réaliser un véritable travail d’introspection et vous accompagne dans toutes les phases de l’arrêt du tabac. Comme toute addiction est source de plaisir, le rôle du sophrologue est d’accompagner la personne à trouver un comportement responsable face à son addiction et la rendre autonome dans sa pratique personnelle. Il faut y aller progressivement. C’est le client qui donne le rythme car le but est d’éviter la rechute tout en l’envisageant. De cette manière, la personne sera mieux armée pour l’affronter.

Livre recommandé

Réussir à arrêter de fumer avec la sophrologie  Dr Marie-Andrée AUQUIER

Prendre rendez-vousDoctolib